Hommage au fondateur du CCHR - Robert Hughes

Pour ceux qui n'ont pas pu être présent à la soirée hommage au fondateur du club, notre bien aimé Bob!

Soirée hommage à Robert Hughes
28 septembre 2015


Bonsoir Bob,
Bonsoir chers amis,
Bonsoir chers membres du Club.

J’ai reçu cet été un coup de fil de Pascal qui me disait qu’il voulait faire un petit événement spécial pour te remercier de tout ce que tu as fait pour la promotion du cyclisme dans la région. Étant témoin privilégié de tout ce que tu donné en temps et en argent, pour des dizaines de jeunes, et de moins jeunes, pour leur permettre de pratiquer leur sport favori. J’ai tout de suite embarqué… Mais quand il m’a dit la date, j’ai vite déJANTÉ… oups… je voulais dire déchanté. Merde, j’ai un voyage de prévu le weekend du 26 septembre, je ne pourrai pas être présent… mais comment puis-je t’aider Pascal, comment puis-je un tant soit peu contribuer à cet événement?
« Ben, on pourrait faire un PowerPoint avec des photos souvenirs »… parfait, je m’en occupe répondis-je…

« Good, je m’occupe de te trouver des photos »

...

Hey Boy…. Saviez-vous autant que je viens de l’apprendre que Bob était un grand collectionneur de souvenirs? Jeannette a récupéré pour nous les albums de Bob… Des centaines et centaines de photos et autant de découpures de journaux… J’en ai scanné des photos ces dernières semaines. J’ai pas tout mis… mais au total, j’en ai choisi 432… il aurait facilement pu en avoir le double.

Mais rassurez-vous, ce qui s’annonçait comme une tâche fastidieuse, s’est vite retrouvé pour moi comme un très agréable retour en arrière…

À une époque où voir des gars en cuissards était considéré comme très douteux, et que ces même cuissards étaient parfois encore en coton… où les vrais mordus du cyclisme au Québec entretenaient une guerre de tous les instants entre deux factions : Marinoni ou Limongi, j’entretenais le rêve de faire le Tour de France ou de courir Paris-Roubaix, en allant acheter le Miroir du cyclisme au Coin de la revue…

Et en fait, c’est comme ça que vers 13-14 ans, alors que Greg LeMond remportait son premier Tour de France, en 1986 et que l’on pouvait voir le sommaire des étapes de la semaine à la télé américaine le samedi après-midi… que j’ai compris que je n’étais le seul de la région à triper vélo… Il y avait bien d’autres personnes à Iberville et Saint-Jean qui achetaient un magazine comme le Miroir du Cyclisme.

Mais avant l’ère des réseaux sociaux… ce n’était pas simple de les trouver… Il n’y avait pas de Club de vélo ici et très peu de boutiques qui vendaient de vrais vélos de course.

C’est à cette époque que j’ai rencontré Sylvain Deslauriers pour la première fois… à la boutique Le Pédalier, du boulevard Saint-Joseph, qui avait organisé une ride un samedi matin vers Saint-Hilaire… en discutant ensemble… on avait une chose en commun… on voulait faire des courses…

C’est un peu plus tard que Bob a ouvert sa boutique… wow… de vrais vélos italiens ici à Saint-Jean… Des Bianchi, couleur céleste montés en Campagnolo… c’était du sérieux. J’entrais dans la boutique et c’était une véritable caverne d’AliBaba… en fait, je devrais dire une véritable caverne tout court… C’était tout petit, il y avait peu d’inventaire, il fallait tout commander, mais si on ne se compare pas aux standards des boutiques de vélos d’aujourd’hui, c’était la place… et mieux encore… il y avait des « rides » de vélos 2 soirs par semaine avec des gars supers forts...

Jacques Quintin, Michel Hébert, Yves Benjamin, Patrick Hugues pour ne nommer que ceux-là ont été, bien évidemment avec Bob, les premières personnes qui m’ont poussé à me dépasser et à faire du vélo…

Imaginez, 2 soirs par semaine, une dizaine de « crinqués » qui partaient à 18 heures de la rue Saint-Charles, de l’ancienne boutique de Bob, pour une ride de 60 à 80-90 km… les longues journées de juin… Ça roulait en maudit! Ici, on ne parlait pas de groupes A, B ou C…. C’était : tu suis, ou tu t’arrange tout seul… Et comme je ne voulais pas être largué dans le rang Kempt à encore 20 km de Saint-Jean vers 8 heures et demi du soir… je m’organisais pour suivre.

C’est à ce moment que le Club cycliste du Haut-Richelieu est né, j’ai eu la chance tout jeune de faire partie d’un des premiers conseils d’administration du club, avec Bob comme président, mais aussi Monsieur Luc DeBellefeuille et Maître Gilles Grégoire comme administrateurs.

Avec nos superbes maillots aux couleurs de l’Italie, Sylvain et moi avons commencé, comme plusieurs autres gars de la région, à faire des vrais courses fédérées, un peu partout au Québec et ce fut pour moi, une période de plus 10 ans où le cyclisme occupait, jour après jour, le centre de ma vie ayant même eu le privilège de travailler pour Bob dans sa boutique comme vendeur et mécano alors que j’étais au Cégep.

Bob, tu fais figure pour moi de légende du cyclisme dans la région, et même au Québec. Toute ta vie, tu l’as consacré à ta passion : par ta boutique, ton club, ton travail et l’organisation des dizaines de courses que tu as faites ici à Saint-Jean et dans les environs.

Toi seul connait les véritables raisons de ton amour du vélo, mais cet amour, tu nous l’as communiqué et il n’y a pas un jour où je ne me dis pas : wow, c’était la belle époque.

Merci Bob.


Steve Trinque